Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

images11.jpgLa place Marius PINEL possède de  somptueux platanes. Ils sont aujourd’hui particulièrement envahissants et posent aux riverains divers désagréments. Les plus importants étant la floraison du printemps avec les allergies qui s'en suivent et la chute des feuilles à l’automne. Ces deux périodes se traduisent par le colmatage de toutes les descentes pluviales des riverains, l’obstruction des évacuations sur chaussée et couvrent trottoir et jardins privés d’ épaisse couche de feuille ou de fleurs portée par le vent d’Autant.

 

Différents services de la Mairie sont là pour remédier à ces difficultés saisonniéres sur la Place (suivez-bien ce qui suit , c'est presque loufoque!)

  • En premier lieu, le service de la voirie s’applique à dégager la chaussée  ; au fil des ans, le rythme de passage reste improbable et l’année 2009 a été marqué par une trop longue période sans entretien. Souhaitons une première prise de conscience sur ce sujet par les responsables  et une amélioration du passage des agents en 2010.  
  • En second lieu, le service des sports intervient sur la surface dévolue au jeu de boule ainsi que dans la zone privative du club des boulistes.Le rythme de passage est tout aussi improbable
  • En troisième lieu le service des espaces verts qui entretien la place et son gazon anémique en excluant naturellement la zone des boulistes et le périmêtre végétal extèrieur (sous la responsabilité des autres services (CQFD).                                                                                                                                                                                                                

Le « compartimentage » des services concernés ne  favorise pas la synergie des moyens et nous pouvons assister au déblaiement de la surface de jeux…au dépend des trottoirs (ou l’inverse naturellement en fonction des priorités des uns et des autres et des rythmes d'interventions).


Nous pouvons supposer que l’école est distinctement entretenue par une autre équipe comme, peut être, la partie concernant les jeux d’enfants….tout cela participe aux commentaires caustiques des retraités témoins des aller et venus des équipes et des querelles des services. Un peu de coordination ne ferait pas de mal...entre les services et les structures (une partie étant aujourd'hui rataché au Grand Toulouse , une seconde partie au service de la ville)

 

Les agents municipaux ont été dotés de souffleuses thermiquplatanes-autres-fruits--copie-1.jpges et de véhicule d’aspiration.

Un progrès ? à voir.

Il s'agit, de souffler les feuilles pour en faire un tas, grâce à un outil lourd, bruyant…et quelque peu polluant. Les agents font valser les feuilles -ou les fleurs- selon la saison ; le souffle d'air ne semble pas particulièrement simple à maîtriser (les asthmatiques et les allergiques sont priés de s’éloigner). Je vous propose un article particulièrement documenté sur ces nuisances  ici.Il semblerait que ce sujet ait fait l'objet de solutions en divers endroits.

 

Que faire ?


Voici plusieurs années qu’individuellement des riverains ont sollicités nos élus afin de les sensibiliser sur ce sujet. Notamment avec régularité il est demandé une taille des platanes ; aujourd’hui ces derniers atteignent une hauteur considérable (estimée à plus de 25 mètres ; 3 fois la hauteur des pavillons du quartier).

Il est fait état de « taille douce » ou « taille d’entretien » au rythme d’une intervention tout les trois à quatre ans !Très largement insuffisant... et nous attendons la prochaine au terme de quatre années sans entretien!


Il est urgent et nécessaire, en effet, d’entretenir ce patrimoine avec régularité mais surtout de savoir adapter sa croissance à l’échelle de cette place.


Pourrait-on prendre exemple sur Genève où les travaux sont décrits avec minutie dans une circulaire à l'attention de tout intervenant. Des procédures explicites permettant aux services concernés de ne plus confondre "taille d’entretien" et "élagage d’adaptation". Dans notre cas, il s’agit de procéder à un élagage progressif (et coûteux) que nos élus semblent peu enclins à nous « offrir ».


Par ailleurs, les racines de ces 48 arbres centenaires ont besoin de « respirer ». L’enrobé bitumeux (étanche) empêche l' aération du système racinaire et provoque la remontée d'imposantes racines à l’air libre rendant l’usage d’une partie des trottoirs dangereux pour nos plus anciens (en particulier au niveau du club seniors).

 

Il s’agit d’un patrimoine végétal exemplaire de l’organisation de notre quartier. A ce titre il mériterait une plus grande attention de la part de la commune. Mais les platanes restent de grands muets et peuvent souffrir encore longtemps(tout comme les riverains) du manque d’entretien….

 

Tag(s) : #Agenda 21

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :