Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pour mémoire deux réunions sont prévues à l’échelle de notre secteur. La première a eu lieu le 8 février la seconde est confirmée pour le 28 courant.

Il s’agit d’un exercice délicat pour les élus face à un public restreint (1) mais constitué de riverains motivés sur le devenir du quartier.

Après une longue introduction de D. BENAHYA sur le processus d’élaboration d’une révision du PLU (voir ici) nous avons pu consulter les propositions établies par les services du Grand Toulouse.


5 éléments forts sont à retenir:


1.Une reconnaissance des « cœurs de quartier» qui apparaissent clairement sur les documents :

                                        1.1    Sur le bas de l’avenue Jean Rieux

                                        1.2    A la fourche de l’avenue de Castres et de l’avenue Jean Chaubet

Ces deux cœurs de quartier pourraient faire dans le futur l’objet d’un inventaire des commerces existants afin de préserver ces zones d’activités commerciales de "changement d'affectations"  éventuelles (afin, par ex. d'éviter l'ouverture d’une Xéme agence bancaire ou fermeture au profit de logements en rez de chaussée)


2.La constitution d’une zone urbaine à hauteur « intermédiaire » R+2.Plus précisément il s’agit d’une possibilité de présenter -en des zones restreintes- des permis de construire de 3 niveaux venant ainsi compléter les deux possibilités antérieures constituées des zones dites « pavillonnaires » (R+1) des zones denses susceptibles de comporter des logements collectifs (R+3). Il s’agit de constituer une « transition » d’habitat permettant de limiter l’effet de rupture que nous connaissons (trop souvent) dans nos quartiers.


3.Une absence de projet de transport en commun nouveau sur le secteur qui peut paraître un réel paradoxe avec la volonté affichée des élus « de mettre en cohérence l' habitat et transport ». Certainement une absence de vision des conséquences du développement de BALMA...


Mais surtout ,hélas à ce niveau, nous pouvons que regretter :


4.L’absence de projet pour la caserne Pérignon (avec cependant une volonté d’user éventuellement d’une OAP (Opération d’Aménagement et d’Orientation ; une manière "démocratique" de travailler un secteur ciblé avec la population au travers d’une concertation renforcée...)

 

4.1. Aucune indication sur les espaces boisés  (phase de « classement » ou de « protection » ignorée….)

4.2. Aucune indication du  recensement du patrimoine bâti à privilégier

 

5.Une absence d’anticipation sur des projets structurants sur le quartier (pas de  service ou d’ équipement  public de proximité nouveau sauf quelques mots sur une éventuelle « mairie annexe » sur le secteur Pujol) et une faible vision de la « centralité » du secteur Chaubet/Pinel.


5.1.Pas de constitution de servitudes pour l’espace public (SEP)

5.2. Pas d’emplacement réservé (ER) ; à noter que l’absence d’emplacement réservé laisse libre cours à des appréciations arbitraires futures lors de dépôt de permis de construire.


En résumé notre secteur ne semble pas être perçu comme potentiellement prioritaire Dans un exercice complexe au niveau d'une ville qui naturellement comporte des zones plus spécifiquement impactées par les ambitions municipales (secteur Gare/Marengo ou Cartoucherie par ex…) les "travaux" préparatoires semblent bien maigres.

 

Doit-on se féliciter de ne pas être au cœur des préoccupations ? Je vous laisse l’appréciation de la réponse.

Pour ma part je suis  surpris du peu d’intérêt pour un sujet de cette importance. En effet, le PLU est la base des aménagements de notre ville. Il détermine la vie et l évolution de notre quartier pour 10 ans (en moyenne) et à ce titre dépasse très largement le seul mandat de nos élus. Ainsi encore aujourd’hui les maître d’ouvrages travaillent sous les directives d’un PLU dressé sous le mandat de Philippe DOUSTE BLAZY ! Il ne s’agit pas ici d’une anecdote mais de vous faire apprécier des capacités des instructeurs actuels à pouvoir « écarter » les demandes d’intervention lors de recours « amiables » sur des directives  réputées « fixées dans le marbre » par des prédécesseurs absents…

 

En un mot les élus passent mais le PLU reste (à méditer)

 

Annexe : Voir ici les objectifs généraux fixés par Pierre Cohen (Maire de Toulouse)

 

(1) ces réunions sont ouvertes au public ; les dates et lieux apparaissent sur le site de la ville ; la prochaine fixée au 28 Février à 18h30 aura lieu :

Salle Polyvalente de la Roseraie 

8 bis, avenue du Parc

31500 Toulouse

 

 

Partager cet article

Repost 0