Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

pdU.JPG

Pour avoir imaginé qu'un PDU pouvait être réalisé sur un coin de table, sans réelle concertation avec la population concernée  le Président de Tisséo vient de se voir refuser son projet par la commission d'enquête en charge de la validation du plan.

 

Est-ce bien important ?
A cette question il est délicat de répondre. La réaction de notre maire est quelque peu surprenante. Il semble se diriger vers un passage en force, en jugeant l'avis des commissaires enquêteurs comme nul et non avenu. Un risque de se voir appeler à plaider tout ou partie du dossier devant le Tribunal Administratif ; une procédure lourde et parfois longue qui pourrait fragiliser les projets des élus en matière de transport.

 

Mais la décision de « passer en force » est également une atteinte à la démocratie de proximité ; une contradiction avec la volonté affichée d'un travail concerté avec les usagers concernés directement par le devenir de la ville.


Après cette déconvenue il y a lieu de s'interroger sur le devenir du PLU (plan local d’urbanisme de Toulouse). En effet ce dernier est directement lié à l'approbation préalable du plan de déplacement urbain.

Sans une approbation préalable du PDU il ne peut y avoir de PLU nouveau.


Notre quartier est-il directement concerné?

Encore une fois la réponse est complexe. Les associations de quartier ont noté le manque d'ambition du PDU qui, de fait,  mettait notre secteur "en protection" contre de trop forte évolution de l’habitat vertical corollaire classique d’une évolution des transports urbains.

 

Mais il s’agit là de la politique du pire ; l'espoir de ne voir rien bouger reflétant une absence de réalisme face aux flux de circulation de plus en plus critiques et à l’absence de solutions face aux besoins grandissants de mobilité entre périphérie et cœur de ville.

 

Le futur PLU de notre quartier est donc le reflet de ce PDU ; l’absence d’évolution majeure ayant entraîné de la part des services de la ville un désintérêt évident aux demandes formulées par les associations de quartier en matière urbanistique. La majorité des propositions , longuement étudiées par les équipes de bénévoles, ayant, in fine , subi un classement sans suite.


La boucle est bouclée. Les préoccupations du maire dans les prochains mois seront principalement de faire « avaler » aux toulousains un programme urbain (PDU et PLU) aujourd’hui contesté par les « sages ».

L’équipe en place est « condamnée » à produire du résultat avant 2014 (élection).

Il s’agit d’une tache délicate qui éloigne un peu plus les instructeurs de la ville de toutes prises en charge de propositions des associations. Ces dernières étant  jugées comme « parasitaires » dans la reformulation d’un exercice de plus en plus critique.  

Tag(s) : #Actualité

Partager cet article

Repost 0