Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Panneaux3.JPG Les associations de quartier s'accordent sur les difficultés de circulation de la Place Marius PINEL.

Naturellement l'analyse ne peut être la même entre usager et résidant.

Le dialogue avec les services de la communauté urbaine est fructueux...et quelques idées nouvelles naissent au cours des échangent.Les voici. N'hésitez pas à les commenter.

 

L'usager recherche des facilités de circulation et le riverain est plus spécifiquement sensible à la tranquillité et au confort de son cadre de vie. Étonnamment, aujourd'hui, les deux peuvent se concilier. D'autres places, de par le monde, ont trouvés des solutions. Les meilleurs exemples viennent des pays du nord de l'Europe plus respectueux du piéton et des déplacements en vélo. Mais des exemples récents en France démontrent que l'adaptation à nos cœurs de quartier est réaliste et porteur de confort nouveau pour les usagers.


Places, cœur de cités, carrefours sont ainsi progressivement équipés d'une limitation (majeure) de la vitesse et complétés par la mise en zone piétonne de la chaussée (généralement grâce a des adaptations de la chaussée et des abords).


L'existant sur notre place.

Les services du Grand Toulouse ont établis un comptage précis sur différents points de ce quartier. La perception des difficultés est maintenant corroborée de chiffres; ils sont impressionnants. Savez vous, par exemple, que le flux de circulation à l'heure de rentrée des classes (où une grande partie de nos enfants rejoignent à pieds leurs établissements en particulier Bonhoure et Jean Chaubet) plus de 285 véhicules à l'heure circulent dans l'axe Rue de Comère > Rue du Professeur Martin   (voir planches de détails en bas d'article).

 

Les propositions.

Plusieurs propositions ont été abordées en comités. Des plus complexes aux plus simples. A l'analyse des premières réflexions la plus simple semblent être la plus habile pour résoudre, en partie, les problèmes de circulation parasite. La mise en sens unique de la Place (sens inverse des aiguilles d'une montre) limiterait les flux externes du quartier. Cette conception nouvelle de circulation n'est réellement opérationnelle que dans le cas où la sortie de la Place vers la rue de la Providence et du Professeur Martin soit totalement proscrite (sens interdit).


Les aménagements de voirie.

Il ne peut y avoir ce type de remise en question de la circulation sans procéder conjointement à des aménagements nouveaux adaptés à ces changements comme des avancées de trottoir au niveau des zones de traversées, la réduction de la largeur de voie (une partie de nos trottoirs ne répondent pas aux normes minimales dans ce quartier).


Les déplacements doux

La mise en place d'une limitation à 20km/heures ne pourrait suffire à voir les véhicules procéder à des ralentissements...Il appartient  au service de la communauté urbaine de nous proposer des aménagements (au delà du simple panneautage) permettant de ralentir physiquement les utilisateurs de la voiture. Il existe divers moyens (dont le stationnement alterné/en sailli sur les voies) qui permette de limiter sensiblement cette vitesse.

 

Préserver les plus fragiles des usagers

Il s'agit de donner la priorité d'usage aux  "trajets courts et faciles" pour les Personnes à Mobilité Réduite, pour les jeunes piétons et les familles en favorisant les modes de déplacement non motorisés, notamment au niveau des intersections, des entrées de l'école, du cercle laïque, du club seniors, du club de boule et des entrées de la Place.


Image4

Image1.jpgImage3.jpg

Tag(s) : #Agenda 21

Partager cet article

Repost 0