Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

panneau Danger MSJ’ai laissé sur mon blog les commentaires des Résidents Résistants. Le mouvement me parait en partie fondé ; rien, en effet, n’est plus regrettable qu’une absence de concertation sur un sujet aussi épineux et complexe que le stationnement dans nos rues et places.

Tout porte à croire que la solution apportée prioritairement en centre ville, puis progressivement aux faubourgs est perfectible. Les premiers directement concernés par le stationnement payant ont peu réagi. Pour autant ce silence ne valait pas acceptation et c’est sur ce point que nos responsables ont commis une grossière erreur d’appréciation car cette passivité des usagers était directement liée à des solutions de replis.

Le plan B.

Les riverains concernés ont donc largement composé avec le règlement en particulier en déplaçant le problème de la seconde voiture vers des lieux de stationnement moins hostiles. Ainsi avons-nous fleurir progressivement dans nos rues des voitures ventouses et autres objets roulants (parfois mal identifiés dans la catégorie Camion-Car-Camping...)..

Vouloir traiter au même régime nos faubourgs que le cœur de cité est une erreur. Toulouse est une ville résidentielle et les familles qui y résident ont des besoins propres à leurs choix  de vie. Chercherait-on à transformer notre cité à une vaste résidence étudiante et pousser les familles vers la proche 1ere couronne ? La question mérite d’être posée.

Mais ne rien faire n’est pas une solution. Refuser sans présenter des alternatives au stationnement résidentiel ne me semble pas répondre de manière constructive aux impérities des responsables de la ville.

Mon second étonnement vient également du peu de place fait aux problèmes du commerce de proximité dans le refus de cette association. Alors que les commerçants relaient ce mouvement avec vigueur je ne vois rien de bien constructif pour répondre aux besoins de fluidité de stationnement commercial (1). La rue se partage et négliger les activités marchandes rend la cause défendue par ce groupe perfectible (et largement corporatiste).

Mon troisième point de désaccord vient sur l’absence de visibilité du groupe ; vouloir rester dans l’anonymat par une absence de mentions légales pour faire signer une pétition qui engage nommément les signataires ma paraît peu crédible sur le fond. Il est temps de mettre un peu d’épaisseur à tout cela avant de prétendre porter la contestation face à nos élus (soit-elle, en partie,  légitime).  

C'est pour ces motifs que m'a signature ne peut figurer au bas de ce document à ce jour.

 

(1) Le commentaire posté par une salariée d'une boulangerie situé sur l'avenue me conforte sur la nécessité d'être "proposant" vis à vis des commerces et de leurs collaborateurs.

 

Tag(s) : #Actualité

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :